Logiciels de comptabilité en ligne, facturation et liasse fiscale
Faciles à utiliser, sans jargon comptable, puissants...
Vous allez aimer les logiciels de comptabilité et
de facturation macompta.fr

En savoir plus >

Testez maintenant !

Gratuit pendant 30 jours

Améliorations du logiciel, gestions des droits... Découvrez les actualités du mois d'octobre 2018

Sommaire

  1. Actualités macompta.fr
    • Dernières mises en ligne : améliorations du module liasse fiscale, RGPD
    • Gestion des droits prévue pour décembre 2018

  2. Actualités des Professionnels :
    • Projet de loi finances 2019
    • Dossier : Loi « avenir professionnel »
    • Dispense du rapport de gestion pour les petites entreprises

  3. Le saviez-vous?
    • Outils pour les TPE

Actualités macompta.fr

Dernières mises en ligne : améliorations du module liasse fiscale, RGPD

Améliorations module liasse fiscale :

En prévision de la prochaine campagne fiscale (bilan au 31/12/2018 à télétransmettre début mai 2019), nous avons apporté des améliorations au module liasse fiscale :

Ainsi, pour les utilisateurs qui dépendent des BIC (bénéfices industriels et commerciaux), régime simplifié d’imposition, les cotisations personnelles obligatoires, les cotisations facultatives, les prélèvements personnels de l’exploitant seront automatiquement repris dans la déclaration.

Pour les utilisateurs qui dépendent du régime normal d’imposition, même principe.

Nous avons aussi amélioré les messages du compte rendu de la télétransmission, notamment en explicitant les motifs de rejet et étendu le nombre d’informations reportées d’un exercice à l’autre pour éviter des ressaisies inutiles.


RGPD et cookies

Conformément à la loi, les utilisateurs peuvent désormais donner leur consentement au dépôt de nos cookies lors de leur première visite sur le site. Ils peuvent modifier ce choix à tout moment sur la page "Cookies" du site pour laquelle un lien est disponible.

Pour voir le lien, et en savoir plus sur les types de cookies et leurs utilisations sur macompta.fr :
https://www.macompta.fr/cookies

Gestion des droits prévue pour décembre 2018

De nombreux utilisateurs nous l’ont demandé, la gestion des droits arrive sur macompta.fr (livrable en Décembre).

Le principe : Un utilisateur maitre pourra créer des utilisateurs auxiliaires avec identifiant et mot de passe personnels et choisir les menus ou sous menus du logiciel auxquels il aura accès.


Par exemple :

L’utilisateur maitre pourra donner un accès à un utilisateur auxiliaire au menu Devis/facturation et pas à la comptabilité.

Il pourra rendre accessible, le sous menu Saisie / banque sans donner accès aux éditions comptables.

La gestion des droits permettra de définir les droits de chacun dans structures où il existe une division du travail.

Cette mise à jour sera gratuite, sous forme d’option disponible pour tous les abonnements macompta.fr.

Actualités des professionnels

Projet de loi finances 2019

Le texte du projet de loi de finances pour 2019 a commencé à être discuté en séance publique à l’assemblée générale depuis lundi 15 octobre. Il sera débattu jusqu’à fin décembre.

Nous avons retenu certains points du projet de loi pour vous :

  • Transformation du CICE/CITS en allégement de cotisations sociales

Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) et le crédit d’impôt de taxe sur les salaires (CITS) seront remplacés par un allégement de cotisations sociales pérennes. Pour le CICE et le CITS, cela correspondrait à un nouvel allégement de cotisation d’assurance maladie de 6 points pour les rémunérations allant jusqu’à 2,5 SMIC.

  • Baisse du taux de l’impôt sur les sociétés

Le PLF 2019 poursuit la réforme de l’impôt sur les sociétés. Le mouvement de baisse progressive de cet impôt sera donc poursuivi en 2019. Son taux sera porté à 28 % pour les premiers 500 000 € de bénéfices (NB : taux réduit de 15 % jusqu’à 38.120 € sous condition pour les PME).

  • Cession d’entreprise

Le texte reprend certaines mesures annoncées lors de la présentation du projet de loi Pacte destiné à modifier un grand nombre de règles applicables aux entreprises.
Les mesures reprises dans le PLF 2019 concernent essentiellement la transmission d'entreprise. Elles prévoient d'assouplir le pacte Dutreil permettant de bénéficier d'une réduction des droits dus en cas de transmission d'une société par une donation ou une succession. Le crédit d'impôt pour le rachat d'entreprise par ses salariés sera également simplifié, avec une suppression du seuil minimum de salariés.

  • Réversibilité de l’impôt sur les sociétés

Pour faciliter le développement des entreprises, le passage de l’impôt sur les sociétés (IS) à l’impôt sur le revenu (IR) sera possible. Cela signifie qu’une entreprise pourra désormais opter pour l’IS sans que cette option ne soit irréversible.

  • Elargissement du dispositif ACCRE (aide au chômeur créant ou reprenant une entreprise)

Dès le 1er janvier 2019, une « année blanche » de cotisations sociales sera accordée à tous les créateurs et repreneurs d’entreprises, sous condition de ressources. Cette exonération prendra la forme d’un élargissement du dispositif de l’ACCRE actuellement soumis à des critères spécifiques d’éligibilité.

  • Protection sociale des travailleurs indépendants

En 2018, le régime social des indépendants (RSI) a été supprimé et réintégré au régime général.
À partir du 1er janvier 2019, les travailleurs indépendants nouvellement enregistrés seront gérés pour leur couverture maladie par les caisses primaires d’assurance maladie (CPAM). Ce transfert de gestion n’a aucune incidence sur le contenu des prestations et sur les cotisations.

Source : https://www.economie.gouv.fr/entreprises/projet-loi-finances-plf-plfss-2019

Dossier : Loi « avenir professionnel »

La formation professionnelle fait l’objet d’une nouvelle réforme d’envergure :
Refonte du plan de formation, aménagement des règles de financement de la formation professionnelle, reforme du compte personnel de formation ou encore l’assouplissement du régime du contrat d’apprentissage.

Nous avons retenu pour vous les points forts de cette loi :


Réforme du plan de formation et des financements :

Le plan de formation devient le plan de développement des compétences et n’a plus à être construit par catégorie d’action de formation.

Cela implique une prise en compte des compétences individuelles et non plus collectives que l'entreprise souhaite développer. La formation devient donc le moyen de compléter les compétences déjà possédées vers les compétences visées. L'affectation de formation se fait donc individu par individu et compétence par compétence et non plus globalement et collectivement.
En savoir plus : https://www.unow.fr/blog/digital-learning-et-formation/plan-de-formation-developpement-competences/

  • Remplacement des OPCA (organismes paritaires collecteurs agrées) par les OPCO (Opérateurs de compétences). A la différence des OPCA les OPCO n’auront pas pour mission de collecter la contribution à la formation. La mission des OPCO est de fournir un service de proximité au TPE-PME dans l’analyse et la définition de leurs besoins en matière de formation professionnelle. Les OPCO ont également un rôle de « financeur », en particulier des actions de développement des compétences auprès des entreprises de moins de 50 salariés
  • Les contributions au financement de la formation et de l’apprentissage seront versées à l’URSSAF à compter de 2021.

Rénovation du compte personnel de formation et du conseil en évolution professionnelle

  • Le compte personnel de formation (CPF) devient l’unique outil de mobilisation de la formation à l’initiative du salarié. Le CIF (congé individuelle de formation) est remplacé par le CPF de transition professionnelle. Il permettra au bénéficiaire de financer une formation certifiante destinée à lui permettre de changer de métier.

En savoir plus : https://cpf-de-transition.fr/presentation/

  • Le salarié pourra utiliser son CPF, plus facilement via une application numérique.

Reforme de l’apprentissage et du contrat de professionnalisation :

La loi « avenir professionnel » facile et simplifie le recours au contrat d’apprentissage, ajuste le régime du contrat de professionnalisation. Sauf précision contraire, les mesures entreront en vigueur au 1 er janvier 2019.

  • Pour les contrats conclus à compter du 1 er janvier 2019, certains secteurs d’activité pourront faire travailler les moins de 18 ans plus de 35Heures par semaine (sans excéder 40 Heures) et plus 8Heures par jour (sans excéder 10 heures)
  • Pour les contrats conclus à compter du 1er janvier 2019, l’entrée en apprentissage sera permise jusqu’à 30 ans au lieu de 25 ans aujourd’hui
  • A partir de 2020, le contrat d’apprentissage ne sera plus enregistré par les chambres consulaires, mais déposé auprès de l’opérateur de compétences (OPCO)
  • Il ne sera plus nécessaire de passer par le conseil des prudhommes pour rompre un contrat d’apprentissage. Pas de changement pour les ruptures au cours des 45 premiers jours, ou après les 45 premiers jours d’un commun accord. Pour les ruptures unilatérales après le délai de 45 jours l’employeur pourra ainsi rompre le contrat de travail :
    • Pour faute grave comme aujourd’hui
    • Suite à l’inaptitude de l’apprenti (constaté par un médecin du travail)
    • Décès de l’employeur maitre d’apprentissage dans le cadre d’une entreprise unipersonnelle.
    • En cas de force majeur

Mesure relative à l’assurance Chômage :

  • Un droit à l’indemnisation chômage est mis en place pour les travailleurs indépendants en cessation d’activité dès janvier 2019.

Ils pourront bénéficier de "l'allocation des travailleurs indépendants". A ce titre ils devront justifier de "conditions de ressources, de durée antérieure d'activité et de revenus antérieurs d'activité" qui seront déterminés par décret.
Il faut noter que les conditions d'accès sont assez restrictives puisque l'entreprise doit en plus avoir fait l'objet :

  • soit d’un jugement d'ouverture de liquidation judiciaire
  • soit d’une procédure de redressement judiciaire. Le montant de l'allocation sera forfaitaire et fixé par décret

Source : https://www.juritravail.com/Actualite/assedic-allocation-chomage/Id/285864

  • Le salarié qui démissionne en vue d’une reconversion professionnelle pourra sous certaines conditions, bénéficier des allocations chômage

En effet pour bénéficier du chômage après avoir quitté volontairement son emploi, il faudra tout d'abord satisfaire à des « conditions d'activités antérieures spécifiques ». Le gouvernement a annoncé qu'elle devrait être de 5 années d'ancienneté.
De plus il faut justifier : soit de la poursuite d'un projet de reconversion professionnelle nécessitant le suivi d'une formation, soit d'un projet de création ou de reprise d'entreprise.

Source : https://www.juritravail.com/Actualite/assedic-allocation-chomage/Id/285864


Emploi et insertion des travailleurs handicapés

La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel cherche à rendre l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés plus efficace, en privilégiant leur emploi direct quelles qu’en soient les modalités. Ces dispositions s’appliqueront, sauf exception à compter du 1 er janvier 2020

  • Tous les employeurs, quel que soit leur effectif, devront établir une déclaration d’emploi des travailleurs handicapés

Cette obligation déclarative concernera même les employeurs non assujettis à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH). Sous réserve de décret à venir, les TPE devraient bénéficier de modalités de déclarations simplifiées.

  • Le taux d’emploi de travailleurs handicapés, aujourd’hui fixé à 6% pourra être révisé tous les 5 ans.

Source : La revue fiduciaire FH3756

Dispense du rapport de gestion pour les petites entreprises

Le rapport de gestion est un document financier qui porte sur la situation de la société et son activité lors de l’exercice écoulé. Il doit être rédigé chaque année par le gérant de la société après la clôture de l’exercice comptable.
Certaines mentions doivent obligatoirement apparaitre dans ce rapport, telles que la situation de la société, son évolution prévisible, ses activités en matière de recherche et développement, ses délais de paiement des fournisseurs et les événements importants qui l'ont marqué durant l'exercice clos.

Jusqu’alors, seules les entreprises unipersonnelles à responsabilité limitée (EURL) et sociétés anonymes simplifiées (SASU) dont l’associé unique exerçait également les fonctions de gérance ou de présidence pouvaient être dispensées de rendre ce rapport de gestion sous certaines conditions :

  • Le chiffre d’affaire HT ne devait pas dépasser 2 millions d’euros
  • Le bilan ne devait pas dépasser 1 million d’euros
  • L’effectif moyen ne devait pas dépasser 20 salariés

Désormais, toutes les sociétés commerciales répondant à la définition des petites entreprises sont concernées par cette dispense.

Pour rappel, une petite entreprise est considérée comme telle lorsqu’au titre du dernier exercice comptable clos et que sur une base annuelle, elle ne dépasse pas deux des trois seuils suivant :

  • 4 millions de total de bilan
  • 8 millions de chiffre d’affaire net
  • 50 salariés

Source : Loi du 10 août 2018 (L. n° 2018-727, 10 août 2018).

Le saviez-vous ?

Outils pour les TPE

Il est primordial pour les TPE de pouvoir être en mesure de gérer tous les aspects de l’entreprise : site Internet, marketing, prospection commerciale... Pour cela, il peut être intéressant de s’aider de certains outils.

Créer son site Internet

Le site Internet est la première étape. Sans site, une entreprise n’existe (quasiment) pas ! Mais la création d’un site peut vite devenir compliquée et/ou coûteuse si vous faites appel à un prestataire spécialisé.
Pour créer un site Internet performant, vous pouvez utiliser la plateforme Wordpress. C’’est la plateforme la plus utilisée par les TPE aujourd’hui. Il s’agit d’un système de gestion gratuit (il faudra toutefois penser à acheter votre nom de domaine et votre hébergement) qui vous permettra de gérer le contenu de votre site web. Wordpress propose diverses fonctionnalités telles que la création d’un blog, le formulaire de contact, la mise en place d’un règlement par Internet...
Toutefois, Wordpress peut être difficile à prendre en main. Vous trouverez cependant de nombreux tutoriels pouvant vous aider sur Internet.
Une autre plateforme intéressante et qui a su faire ses preuves est Wix. La prise en main est beaucoup plus simple et vous disposez dans votre compte d’une assistance en souscrivant à un compte premium. Cela fonctionne par abonnements dont les prix varient en fonction de vos besoins. Vous choisissez les options souhaitées et c’est parti !

Envoyer les newsletters

La newsletter est un moyen simple et efficace d’augmenter la fréquentation de votre site Internet et de fidéliser vos clients. Elle créé un lien entre votre entreprise et vos clients, qui prendront plaisir à avoir de vos nouvelles régulièrement. Proposez un contenu intéressant et adapté aux attentes de votre lectorat afin de susciter leur curiosité !
Pour cela, il vaut mieux utiliser un éditeur de newsletter. Sendinblue vous permet de créer des campagnes en utilisant l’un de ses nombreux templates, de gérer vos contacts et de suivre le résultat de vos campagnes. Cet outil propose des formules d’abonnement adaptées à vos besoins.
Un des principaux concurrents est la plateforme Mailchimp qui propose les mêmes fonctionnalités avec des formules d’abonnement légèrement différentes. Cette plateforme n’est toutefois disponible qu’en anglais, et nécessite donc une aisance dans la langue de Shakespeare !

Gérer les réseaux sociaux

La présence d’une entreprise sur les réseaux sociaux est désormais incontournable, mais il est préférable de savoir utiliser ces plateformes pour qu’elles présentent un réel atout marketing.
Utilisées à bon escient, elles permettent de renforcer la présence d’une entreprise sur internet et d’accroître le nombre de clients.
Pour encadrer cette approche marketing, il existe des outils de gestion des médias sociaux permettant de préparer des campagnes, planifier les contenus, programmer les publications, et mesurer le résultat.
Hootsuite est un des outils les plus complets qui fonctionne avec plus de 35 réseaux dont les plus connus : Facebook, Twitter, Linkedin, Google+ et Youtube.
Un autre outil intéressant est Buffer, qui est aussi une plateforme complète et simplifiée. Celle-ci permet également le partage simultané sur différents réseaux sociaux.

Faire de la prospection commerciale

Il est primordial pour une entreprise de développer son portefeuille de clients. De nombreux outils ont été développés afin d’encadrer et faciliter la prospection commerciale, mais beaucoup restent inaccessibles aux TPE du fait de leur prix élevé.
Macompta.fr a sélectionné pour vous deux logiciels de prospection commerciale accessibles aux petits budgets. Nous aimons beaucoup You don’t need a CRM grâce à son interface simple et ses nombreuses fonctionnalités.
Hubspot offre également une suite complète de logiciels, que ce soit pour la vente, le marketing, ou encore le service client. De plus, leur offre CRM est totalement gratuite.

Optimiser son référencement

Avoir un site Internet ne suffit pas. Pour être visible, il faut également mettre en place une stratégie SEO pour bien se référencer : produire du contenu informatif, encourager les liens qualifiés vers votre site, etc.…
Macompta.fr vous recommande d’utiliser Google Analytics pour suivre et analyser le trafic de votre site Internet. Cet outil est gratuit et permet de voir le nombre de visiteurs et d’identifier leur comportement (site référent, pages consultées, durée de la visite, taux de rebond...).
Vous pouvez également coupler votre utilisation de Google Analytics avec RM Tech, un outil qui va crawler et analyser les algorithmes récupérés par Google Analytics. Il fournit ensuite un rapport d’audit très détaillé.