Logiciels de facturation, comptabilité et encaissement
Faciles à utiliser, sans jargon comptable, puissants...
Vous allez aimer les logiciels de comptabilité et
de facturation macompta.fr

En savoir plus >

Testez maintenant !

Gratuit pendant 30 jours

Actualités macompta.fr

Graphisme : le site fait peau neuve

Nous profitons de l’été pour faire évoluer en douceur le graphisme du site, tant dans la partie vitrine que la gestion de votre dossier. Vous verrez apparaître les modifications le 4 juillet au matin. Cependant pas d’inquiétudes, nous sommes partisans d’une transition douce. Les modifications concernent seulement le graphisme des tableaux qui sera plus épuré et les icones qui n’étaient pas homogènes. Les fonctionnalités restent les mêmes et restent à la même place. Tout le monde devrait s’y retrouver.

Il sera peut être nécessaire de vider le cache de votre navigateur internet pour qu’il prenne en compte les nouvelles pages du site.

Regroupement de nos équipe à La Rochelle

Jusqu’ici notre équipe de développeurs était basée à Torcy en Seine et Marne. Malgré la douceur de vivre en Seine et Marne, ils ont préféré l’air marin. Ils rejoignent l’équipe administrative et commerciale et l’assistance téléphonique basés à La Rochelle. Le regroupement est effectif a compter du 30/06/2016 et nous vous remercions de ne plus nous envoyer de courriers à Torcy.

Témoignages

Vous êtes nombreux à nous adresser des encouragements et nous vous en remercions. Nous souhaitons mettre plus en avant les témoignages de nos utilisateurs sur la vitrine du site. Si vous êtes satisfait du site et souhaitez le faire savoir, n’hésitez pas à nous adresser votre témoignage à l’adresse commercial@macompta.fr. Dans la limite des places disponibles, nous afficherons le témoignage, votre nom et votre activité et le cas échéant un lien vers votre site web.


Actualités des pros

FEC : Fichier des écritures comptables

Les dangers d’un fichier non conforme ou de l’absence de fichier

Si vous tenez votre comptabilité de façon informatisée, en cas de contrôle fiscal, la remise du fichier des écritures comptables au contrôleur est obligatoire et cela depuis le 1er janvier 2014. L’obligation concerne les sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés mais aussi les entreprises individuelles, professions libérales, commerçants, artisans, agriculteurs. De quoi s'agit-il ? Le fichier des écritures comptables se caractérise par un fichier .txt ou xml par exercice comptable, reprenant toutes les écritures de tous les journaux comptables et détaillés dans une vingtaine de champs (date de validation des écritures, libellé, comptes utilisées, montant, sens, etc...). Le fichier peut concerner un exercice clôturé ou un exercice ouvert. Ce fichier doit être remis à l'administration dès le deuxième rendez-vous.

Les risques encourus si l'entreprise n'est pas en mesure de fournir ce fichier sont très lourds :

Le défaut de présentation du FEC est sanctionné par une amende de 5.000 € ou 10 % des redressements si ce montant est supérieur.

De plus, le code général des impôts prévoit que lorsque le contribuable n’est pas en mesure de présenter le FEC, les bases d'imposition sont évaluées d'office.

Les témoignages reçus à l’assistance téléphonique nous indiquent que désormais le FEC est systématiquement réclamé en cas de contrôle fiscal.

Il est fortement recommandé de s’assurer que votre outil comptabilité vous permet de générer le FEC.

Dans macompta.fr, pour éditer le fichier des écritures comptables avec macompta.fr, allez dans le menu Éditions comptables / Fichier des écritures comptables.

Choisissez l'exercice concerné et cliquez sur exporter. Une notice permet de détailler les champs prévus dans le fichier et de décrire leur origine. Elle doit être remise à l'administration en cas de contrôle.

Interdiction des sacs platisques à usage unique en caisse à partir de juillet 2016

Les sacs de caisse à usage unique en plastique d'une épaisseur inférieure à 50 µm, qu'ils soient gratuits ou payants, sont tous interdits à partir de juillet 2016 (y compris les sacs biodégradables). À cette date, seuls pourront être distribués pour emballer les marchandises dans les points de vente :

  • les sacs plastique réutilisables de plus de 50 µm d'épaisseur (vendus ou non en caisse), quelle que soit la matière plastique utilisée,
  • les sacs pour emballage alimentaire, distribués en rayon boucherie, poissonnerie ou pour la pesée des fruits et légumes en vrac par exemple, quelles que soient l'épaisseur et la matière plastique utilisée,
  • les sacs constitués d'une autre matière que le plastique (papier, carton, tissu, etc.),
  • les sacs compostables constitués de matières biosourcées, c’est-à-dire à base de matière végétale (amidon par exemple), à condition d'avoir une épaisseur supérieure à 50 µm s'ils sont distribués en caisse.

Tous les commerces sont concernés, aussi bien les supermarchés que les marchés en plein air ou les commerces de proximité : boulangerie, épicerie, pharmacie, station-service...

Les commerçants sont autorisés à distribuer les sacs plastique qui vont être interdits, pour écouler leur stock, jusqu'au 1er juillet 2016.
Les sacs de moins de 50 µm d'épaisseur, autorisés pour être distribués ailleurs qu'aux caisses, doivent comporter un marquage informant le consommateur de façon visible et compréhensible quant à sa teneur en matière biosourcée (valeur chiffrée et norme de référence).

Sur tous les autres sacs, une mention doit indiquer qu'ils peuvent être réutilisés et ne doivent pas être abandonnés dans la nature.

Par ailleurs, sont dorénavant interdites la production, la distribution, la vente, la mise à disposition et l’utilisation d’emballages ou de sacs fabriqués à partir de plastique oxo-fragmentable, matière dégradable, mais ni assimilable par les micro-organismes, ni compostable.

À partir du 1er janvier 2017, l’interdiction est étendue :

  • aux sacs en matières plastiques à usage unique (de moins de 50 µm d'épaisseur) non compostables, destinés à l’emballage de marchandises au point de vente autres que les sacs de caisse, notamment les sacs distribués en rayon,
  • aux emballages plastique non biodégradables et non compostables, pour l’envoi de la presse et de la publicité (mise sous blister).

En 2020, ce sera au tour de la vaisselle jetable en plastique (gobelets, verres et assiettes jetables) d’être interdite, sauf si elle est compostable en compostage domestique et constituée de matières biosourcées.

Un commerçant ou prestataire peut-il refuser le paiement par chèque ou carte bancaire ?

Le paiement en espèces est le seul mode de règlement qui ne peut pas être refusé par un commerçant ou prestataire de services (en-dessous d'un certain montant).

Il est cependant libre d'accepter ou de refuser le paiement par chèque ou par carte bancaire.

Néanmoins, si un professionnel est affilié à un centre de gestion agréé, il est obligé d'accepter le règlement par chèque bancaire et d'en informer sa clientèle.

S'il accepte ces moyens de paiement, il peut imposer des conditions, par exemple :

  • un montant minimum d'achat, compte tenu du montant des commissions interbancaires perçues au titre d'une opération de paiement par la banque,
  • la présentation d'une pièce d'identité, etc.

Mais dans ce cas, il doit l'avoir prévu dans ses CGV et en informer sa clientèle préalablement et de manière apparente, par un panneau situé à l'entrée de son commerce ou dans un endroit visible (souvent près de la caisse) par exemple.

Le paiement par carte bancaire n'est valable que si le client a tapé son code confidentiel ou signé le ticket de caisse ou la facturette. La signature est obligatoire en cas d'achat supérieur à 1 500 €.

> En savoir plus: https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F22929

Réussir ses entretiens d'embauche : un outil en ligne pour les employeurs

Lors d'un processus de recrutement, l'entretien d'embauche est une étape essentielle, qui permet d'évaluer à la fois le savoir-être et le savoir-faire des candidats et de concrétiser les premières impressions de la lecture des CV. Sélectionner un candidat, c'est évaluer ses compétences, déterminer sa motivation et le comparer aux autres postulants au regard des attendus du poste. Mais comment être sûr de choisir le profil adéquat en quelques entretiens ?

Pôle emploi propose un support en ligne, qui regroupe conseils de préparation, méthodologie de conduite d'entretien et analyse des résultats.

Ce service facilite la conduite des entretiens d'embauche par l'employeur et aide à objectiver le choix du futur collaborateur dans le respect de la réglementation.

À partir d'une grille de questions-type, l'employeur peut ainsi préparer et personnaliser les trames d'entretien. Pendant les entretiens, il est possible d'utiliser ces trames en version papier ou d'évaluer les candidats directement sur ordinateur ou tablette.

Ensuite, les entretiens des différents postulants peuvent être comparés grâce à un tableau de bord, sur lequel peut s'appuyer la décision de recrutement.

À ces outils s'ajoutent des informations sur les bonnes pratiques et les pièges à éviter pour mener des entretiens efficaces en toute légalité.

> Pour en savoir plus : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/actualites/A10750